Edito du mois d’avril

Contenu de la page : Edito du mois d’avril

Madame, Monsieur,

Depuis de nombreuses années, la Ville de Bry s’est engagée en faveur de la sécurité, afin d’offrir aux Bryards un cadre de vie de qualité. C’est dans cet objectif, que nous avons récemment engagé d’importants travaux de rénovation du Centre de supervision urbaine de notre Police municipale.
De plus, la Ville procède actuellement à une vérification de toutes ses caméras de vidéoprotection, afin d’en vérifier le bon fonctionnement. Nous avons, il y a quelques mois, connu une situation difficile au niveau du passage Paillot. Suite à cette lutte contre les trafics de stupéfiants, nous pouvons aujourd’hui dire que la situation s’est apaisée et que le quartier a recouvré sa tranquillité.
Je remercie les Polices municipale et nationale, pour leur collaboration et leur travail.
Toutefois, il convient de rester extrêmement attentif et présent sur le terrain.

Nous pouvons nous féliciter également de la baisse globale des cambriolages. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut être moins vigilant. J’invite tous les Bryards à prendre les mesures de sécurité nécessaires lorsqu’ils quittent leur domicile, les cambriolages ayant lieu le plus souvent en journée. Le retour des beaux jours nous font souvent laisser les fenêtres et les portes ouvertes…
Soyez assurés, que je me préoccupe de la sécurité de tous au quotidien et que je continuerai à œuvrer en ce sens.

Autre point que je souhaite aborder : la question du logement. Quelle que soit la volonté d’une commune, la construction de logements est au cœur des préoccupations de tous les élus. Les organismes et les textes de loi traitant de ce sujet (Conférence intercommunale du logement, loi ELAN, loi NOTRE, loi MAPTAM, Projet métropolitain pour l’habitat et l’hébergement, Schéma régional d’aménagement…) se surajoutent à loisir. Cela engendre une situation qui échappe de plus en plus aux villes. Dans les faits, pour Bry, l’ensemble se traduit par l’obligation de construire 100 logements neufs par an (imposés par la loi). Pour éviter d’être en « état de carence » en 2020 (en cas de constructions de logements sociaux insuffisantes), la Ville doit s’engager sur la construction de 72 logements sociaux d’ici 2020. Actuellement, grâce à la politique menée par la majorité municipale, et en respectant nos engagements triennaux, la Ville n’est pas en carence, bien que nous ne comptions officiellement que 14,45 % de logements sociaux au lieu des 25 % imposés par la loi.

Je tiens à rappeler que si la Ville était déclarée en « état de carence » par l’État, ce serait alors le Préfet qui prendrait la main sur les permis de construire, et donc sur l’avenir de notre Ville. Bry ne serait donc plus maître de son aménagement chez elle. C’est pourquoi je conduis, avec fermeté et dans l’intérêt de tous les Bryards, une politique du logement qui nous permet de maîtriser notre urbanisation et offre à toutes et tous la possibilité d’accéder à un logement de qualité à Bry, tout en préservant notre cadre de vie que nous chérissons tant. Tout comme vous, j’ai un profond attachement à notre Ville et je tiens à conserver son âme et son charme. C’est pourquoi, je tenais à vous sensibiliser une nouvelle fois à cette question du logement et aux difficultés auxquelles nous devons faire face au quotidien, la pression de l’état étant de plus en plus forte sur les communes.

Tous les candidats aux prochaines élections municipales devront s’exprimer sur ce sujet, en prenant en compte l’évolution du contexte institutionnel et des lois. Il convient d’exposer la situation avec clarté et objectivité pour que chacun puisse se faire son opinion en ayant connaissance du contexte législatif et institutionnel.

Jean-Pierre SPILBAUER
Maire de Bry-sur-Marne
Vice-président du Territoire ParisEstMarne&Brois
Conseiller métropolitain

Adresses utiles

Mairie

Hôtel de Ville

Télécharger la Vcard