La collaboration avec Nicéphore Niépce

Contenu de la page : La collaboration avec Nicéphore Niépce

Pour réaliser ses vastes compositions, Daguerre avait recours à une chambre noire, grâce à laquelle il pouvait reporter sur papier les perspectives des monuments ou des paysages qu’il voulait peindre. Dès 1824, afin de faciliter son travail, il chercha le moyen de fixer sur un support l’image fugitive générée à l’aide de cette chambre noire. En 1826, il se rapprocha du chimiste Nicéphore Niépce qui travaillait lui aussi depuis plusieurs années sur la résolution de ce problème. Niépce avait déjà expérimenté différents procédés chimiques de fixation de l’image de la chambre noire, en testant la photosensibilité de différentes matières, mais les résultats, certes encourageants, étaient restés insuffisants. Daguerre, spécialisé dans le domaine de l’optique et de la chambre noire, proposa à Niépce de mettre en commun leurs connaissances et leur expérience. En 1829, Niépce accepta la proposition de Daguerre et signa avec lui un contrat d’association formalisant leur collaboration. S’appuyant sur les travaux de Niépce, Daguerre travailla sur les propriétés photosensibles de l’iode, l’expérimentant, comme agent sensibilisateur, sur une plaque de cuivre recouverte d’une couche d’argent.

Adresses utiles

Mairie

Hôtel de Ville

Télécharger la Vcard