Accueil > Ma mairie > Le Maire > Édito du maire > Édito du mois de janvier

Édito du mois de janvier

Contenu de la page : Édito du mois de janvier

Madame, Monsieur,

Le 5 décembre dernier, j’ai rencontré M. Raymond LE DEUN, nouveau Préfet du Val-de-Marne. Au cours de cet échange, plusieurs sujets ont bien évidemment été abordés. La question du logement en général, et du logement social en particulier, a été très longuement évoquée.

Actuellement, la Ville de Bry compte un taux de 14,45 % de logements sociaux, très nettement inférieur aux 25 % imposés par la loi. Pour atteindre cet objectif, en accord avec l’État, la commune a toujours respecté ses engagements par tranche de trois ans ; à l’exception de la dernière période, pour laquelle nous avons un déficit de construction de 73 logements dont l’édification aurait dû être engagée avant le mois d’octobre 2019.

Toutefois, le législateur a repoussé cette échéance après les prochaines élections municipales de mars 2020. Ce déficit de 73 logements s’explique car plusieurs projets ont connu des problèmes d’acquisition du foncier ou de lenteur administrative.

À noter que les 145 logements sociaux en cours de construction - 90 appartements rue Léon Menu, 50 à la plaine de jeux et 5 avenue de Rigny - ont déjà été comptabilisés dans le taux de 14,45. Pour autant, la Ville a deux projets conséquents permettant de résorber son retard : une troisième résidence « étudiants -jeunes actifs - logements Droit au logement opposable (DALO) » de 300 logements, identique à celle que nous avons rue des Frères Lumières, et un collectif d’une trentaine d’appartements en Bail réel solidaire (BRS).

Ces deux constructions éviteraient que la Ville de Bry ne soit déclarée en « état de carence » en avril 2020 par le Préfet, qui, si c’était le cas, prendrait la main sur les constructions futures de logements sociaux à Bry. Le BRS permet à des « organismes fonciers solidaires » de distinguer le foncier (dont ils restent propriétaires) et les appartements, comptabilisés comme logements sociaux, vendus à prix réduit. Ainsi, des ménages, sous conditions de plafond de ressources, pourront accéder à la propriété à un prix plus abordable. Dans ces conditions, pourquoi construire une soixantaine de logements, uniquement en accession, dans le secteur Clemenceau ?

Lors de la dernière révision du Plan local d’urbanisme (PLU), nous avons prévu de pouvoir édifier à cet endroit que des appartements en accession, afin de financer une très grande partie de la réfection des équipements publics nécessaires dans ce secteur : extension du Rayon de Soleil Bryard, nouveau Relais d’assistantes maternelles halle des sports et réhabilitation du château Lorenz. Cette disposition du PLU est une opportunité qui disparaitra sans aucun doute avec le futur « PLU intercommunal ». Pour autant, il faudra envisager d’autres projets, d’importance moyenne et répartis dans toute la ville, afin d’atteindre les 25 % obligatoires de logements sociaux en 2025. Nous avons toujours mené une politique pour rester maître chez nous tout en respectant la loi. Chacun des candidats aux prochaines élections municipales devra expliquer clairement sa vision de l’évolution du logement à Bry.

J’aurai plaisir à vous retrouver le samedi 25 janvier 2020 à partir de 18 h au gymnase Félix Faure, pour « ma » dernière cérémonie de vœux en tant que Maire de Bry-sur-Marne.

Je vous présente mes vœux de très bonne année 2020.

Jean-Pierre SPILBAUER
Maire de Bry-sur-Marne
Vice-président du Territoire
ParisEstMarne&Bois
Conseiller métropolitain